En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies…

LA DERNIERE BATAILLE DES TEMPLIERS

Disponible jusqu'au dimanche 3 juin 22H00

En 1179, au nord de Jérusalem, l'armée des Croisés aidée par les Chevaliers de l'Ordre du Temple livre bataille aux Musulmans au Gué de Jacob. Huit siècles plus tard, une équipe internationale d'archéologues découvre sur ce site des indices permettant de comprendre comment cette victoire musulmane, demeurée assez méconnue, marque un véritable tournant dans l'histoire de la Croisade. L'année précédente, en 1178, les Templiers ? l'armée privée du Pape qui protège Jérusalem depuis plus de 50 ans ? brisent le fragile cessez-le-feu établi entre leur allié le roi chrétien Baudouin IV et le sultan musulman Saladin en posant les fondations d'une énorme forteresse sur la rive du Jourdain, sur la voie menant à Damas, la capitale de Saladin. En août 1179, celui-ci assiège la forteresse chrétienne. L'attaque est meurtrière : plus de 800 Templiers et Croisés trouvent la mort. Sur place, les archéologues tentent de reconstituer les pièces du puzzle et de remonter la chronologie de ces six jours de siège au coeur de la Terre Sainte, à mesure qu'ils déterrent un nombre inimaginable de têtes de flèches, des restes d'animaux et même le crâne d'un guerrier ayant perdu la vie sur ce champ de bataille. Le Gué de Jacob marque le début du déclin de l'Ordre du Temple : Saladin reprenant Jérusalem en 1187, les Templiers seront forcés de quitter la Terre Sainte pour toujours.