En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies…
Vidéo désactivée

TERRORISME

Disponible jusqu'au mercredi 21 mars 00H00

Nous sommes le 25 juillet 1995. Marie-Hélène, 28 ans, se rend à son travail. Dans le RER, un homme la regarde. Il descend à Chatelet. A Saint-Michel : une explosion... Huit morts, une centaine de blessés. La panique ! C'est un attentat ! A l'hôpital Marie-Hélène fait un portrait-robot de l'homme qui la regardait. C'est Boualhem Ben Saïd, l'un des principaux auteurs de l'attentat. Marie-Hélène témoigne au procès en tant que partie civile. Pour elle, c'est un calvaire. Elle est encore traumatisée... Elle revendique le statut de victime qui lui a été refusé. Les suites juridiques de l'attentat de la station Saint-Michel marquent un tournant dans le traitement des victimes d'attentats.